Accueil > Linux, Test > Test ZenWalk

Test ZenWalk

ZenWalk est une distribution GNU/Linux historiquement basée sur Slackware et utilisant le gestionnaire de paquet Netpkg, qui fournit les principales fonctionnalités d’APT (utilisé par Debian et ses dérivés).

Il utilise l’environnement XFCE pour une volonté de légèreté, je ne suis parsonnellement pas très fan mais bon pourquoi pas…

En tout beaucoup de bonnes choses sur le papier, une volonté d’être user-friendly, voyons donc ce que ca donne réellement.

Pour info, pour ce test, comme pour tout mes tests suivants, j’utilise VirtualBox tout fraichement sorti des dépôts d’Ubuntu 10.04, sans configuration particulière, et en allouant à la machine un disque de 8G, ainsi que 512M de RAM.

L’installation s’est déroulée sans aucun problème, rien de bien particulier à signaler, pour ceux qui se posent des questions le manuel sur le site officiel est très bien fait. Vous pouvez créer des utilisateurs dès l’installation, ce qui est assez bien fait, celà évite le adduser dès le premier démarrage. À noter que l’installateur propose de prendre les paquets sur le CD ou sur un répertoire du disque et ne permet pas de les prendre directement depuis un serveur, ce qui permettrait d’être à jour dès l’installation.

Lors du premier redémarrage on tombe donc sur un classique gdm qui laisse la place à un tout aussi classique XFCE (je vous ai déjà dit que j’aimais pas?) totalement fonctionnel. Je décide donc de tester la rapidité de la chose en lancant le navigateur web (Firefox en l’occurence), un message d’erreur m’annonce que suite à une erreur d’entrée sortie, le logiciel ne peut se lancer. J’essaie donc de lancer d’autres applis pour savoir d’où peut venir le problème, le reste se lance sans aucun soucis (pidgin, transmission… ), le problème viendrait donc de Firefox himself.

La première solution à ce problème (enfin celle qui me semble la plus logique) est la mise à jour. Après un petit passage par le man e Netpkg, j’apprend que pour la mise à jour un simple

netpkg upgrade

suffit pour mettre la distribution à jour. Ce que je m’empresse donc de faire. Le CD récupéré étant assez ancien, cette mise à jour me prend pas mal de temps, et se termine par des messages fort peu explicites concernant les fichiers de configuration

would you like to mv xxx/xxx/xxx.conf to ?

1) see diffs

2) yes

3) no

4) delete

(je vous le fait de mémoire, je ne l’ai plus devant les yeux). Je me dis que la meilleure solution est le yes (je n’ai pas encore touché aux fichiers de conf, je n’ai donc rien de particulier à garder, et je fais assez confiance aux développeurs pour nous en avoir pondu de très bon). D’ailleurs à ce propos, les gens qui ont développé ce genre de choses n’ont pas pensé à ceux qui utilisent un portable avec une bète config en azerty, parce que devoir taper shift + 2 pour les 20 fichiers de conf qu’on doit mettre à jour, c’est vraiment pas très pratique, d’autant plus qu’à la fin on ne fait plus vraiment attention à ce que l’on fait. Et suite à ça quelle ne fut pas ma surprise de voir défiler un certains nombre de segmentation fault suivis d’un retour sur prompt.

Un second lancement de la commande de mise à jour me redemande de confirmer pour exactement les même fichiers de conf et me renvoie exactement les mêmes segfault, peu importe la réponse donnée. Je me décide donc à redémarrer la machine, voir ce que ça donne (oui je sais, mauvais habitude de Windows), donc hop déconnexion, premier mauvais signe tous les lettres de tous les messages sont remplacés par de magnifiques petits carrés… pas très compréhensible du coup le message d’erreur qui s’affiche. De toute façon pas trop le choix, un seul bouton, je clique dessus, la machine redémarre. Au redémarrage, le clavier est repassé en qwerty (alors qu’il était en bon vieux azerty après l’install) et le GDM est… comment dire… moche… Tout est ratatiné, illisible, un peu comme si j’étais dans une très mauvaise résolution, ce qui n’était pas le cas. J’entre login/mdp ils sont acceptés mais rien ne se passe, pas de lancement de XFCE.

Redémarrage brutal de la machine (pas le choix je n’ai plus le contrôle) , le boot commence bien jusqu’à un message me demandant de choisir le runlevel… Hummm bizarre, jamais été face à un tel message. Bon je tente le 3…

INIT  : entering runlevel : 3

INIT : no more processes left in this runlevel

Et toujours le même message pour les runlevels 1 et 5 (pas testé les autres).

Conclusion : ZenWalk, une distribution qui se veut user friendly, et il est vrai que l’installation est vraiment très simple et le système assez fonctionnel avec toutes les applications qu’il faut de base (voire même un peu trop).

Mais voila soit je n’ai vraiment pas eu de chance, soit il y a effectivement quelques problèmes de stabilité. Et il me semble aussi dommage pour une distrib qui se veut grand public, il soit recommandé de faire les mises à jour en console.

Je n’ai pas eu le temps de tester XNetPkg, l’installateur graphique,mais aux vues de quelques screenshots, il me semble nettement moins complet que le Synaptics d’Apt. Et notamment pas la possibilité d’afficher les paquets par catégorie, ce qui est la fonction que j’utilise le plus sous Synaptics.

Donc je dois avouer que cette première expérience ne me pousse pas trop à remettre ca avec cette distribution, même s’il est possible qu’elle possède de nombreux avantages.

Publicités
Catégories :Linux, Test Étiquettes : ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :